Comment monter un projet citoyen en énergie ?

La transition énergétique est la restructuration profonde de la manière de produire et de consommer de l’énergie. Pour participer à cette refonte, collectivités et citoyens sont soutenus par le gouvernement s’ils souhaitent monter un projet citoyen en énergie. Les détails.

Projet citoyen : définition

Un projet citoyen en énergie est un projet de moyenne ou grande envergure qui vise à créer des solutions écologiques afin de produire de l’énergie. Pour être éligible, il doit répondre à 4 critères de base :
* Être approuvé par la localité et s’intégrer dans son environnement naturel et humain ;
* Exploiter uniquement les ressources disponibles au sein de la localité où il s’est implanté, ceci pour éviter toutes les contraintes, les dépenses et la pollution générées par le transport ;
* Produire de l’énergie suffisante pour alimenter ou réduire la consommation énergétique d’une collectivité ou de tout un territoire ;
* Avoir une finalité non lucrative, même si l’exploitation de la source d’énergie peut à terme générer une rentrée d’argent ;
* Disposer d’une gouvernance démocratique, transparente et ouverte.

Ses acteurs

Un seul citoyen peut monter un projet citoyen en énergie à lui seul s’il dispose des compétences suffisantes en matière de sciences de l’environnement et de l’énergie. Toutefois, il est préférable que l’initiateur du projet soit une association, une collectivité ou même une entreprise, ceci pour diverses raisons :
* Le projet sera mieux ancré au sein du territoire ou de la collectivité bénéficiaire ;
* L’obtention de prêt bancaire et de subventions venant de l’État sera plus facile ;
* Le projet se concrétisera plus rapidement grâce aux efforts collectifs.

D’un autre côté, ces mêmes acteurs ont la possibilité de rejoindre ou de devenir actionnaires d’un projet citoyen en cours de développement. Ainsi, chacun peut participer, selon ses moyens, au grand défi de la transition énergétique.

Ses différentes étapes

Monter un projet citoyen en énergie est facile. La concrétisation est cependant rude. En effet, elle doit normalement passer par différentes phases. Pour en avoir une idée claire et précise, il convient d’entrer dans les détails.

Émergence d’une idée de projet

Il s’agit du stade embryonnaire du projet. Une idée peut émerger d’une simple observation ou d’une recherche approfondie des ressources naturelles pouvant être exploitées. Selon sa situation géographique, l’initiateur de projet peut exploiter entre autres :
* L’énergie solaire thermique et photovoltaïque ;
* L’énergie éolienne ;
* L’énergie hydraulique ;
* L’énergie des vagues ;
* L’énergie marémotrice ;
* L’énergie hydrolienne ;
* L’énergie géothermique ;
* L’énergie tirée de la biomasse.

monter projet citoyen énergie

Création d’un groupe de pilotage

L’une des étapes importantes du démarrage d’un projet consiste en la création d’un groupe de pilotage qui sera le cœur même du projet. Sa mission sera de définir les objectifs du projet pour le rendre à la fois viable et pérenne dans le temps. Ce groupe moteur sera la plateforme de liaison entre les organismes administratifs ou privés, les collectivités locales ainsi que les habitants concernés. Pour mener à bien le projet, le groupe de pilotage devra présenter la structure d’une association composée de 3 volets :
* Un volet citoyen ;
* Un volet financier ;
* Un volet technique.

S’il ne dispose pas de telles ressources en interne, il devra pouvoir les identifier en externe. Ce qui constitue une manière de tisser un lien de partenariat avec d’autres acteurs.

Communication et mobilisation citoyenne

La communication et la pédagogie sont des atouts majeurs dans la réussite du projet énergie. La concertation entre les différents acteurs est essentielle.
En effet, pour susciter l’intérêt de la collectivité bénéficiaire de cette énergie citoyenne, le groupe moteur doit exposer son engagement écologique et économique. De plus, il doit parvenir à gérer les oppositions et conflits éventuels qui peuvent naître. D’ailleurs, il appartient à la collectivité de répondre aux questions en rapport avec les perturbations (bruits, odeurs…) pouvant découler de l’exploitation.
Cette mobilisation citoyenne permet au groupe d’asseoir sa légitimité. Il devient alors un interlocuteur garantissant la crédibilité et le développement du projet.

Définition d’un cahier des charges

Lorsque tous les acteurs sont mobilisés, il convient d’élaborer un cahier des charges permettant de définir le montage juridique approprié. Cette phase est accompagnée d’un examen détaillé du projet avec :
* Ses aspects techniques et financiers ;
* Ses dimensionnements ;
* Ses principes fondateurs ;
* Son financement.

Construction d’un plan d’affaires

Avant ou pendant cette étape, chaque volet du projet doit présenter des données techniques et économiques dans le but d’établir un plan d’affaires. Ce document est destiné à analyser le projet et sera communiqué aux différents partenaires. Il doit être composé :
* D’un document prévisionnel financier adapté à la durée du contrat de production ;
* D’un document contenant les détails du plan d’affaires décrivant les objectifs ciblés.

Pour obtenir une meilleure acceptation locale, il s’avère intéressant que le projet citoyen intègre une école ou tout autre établissement collectif dans ses plans.

Mobilisation financière et technique

Il s’agit de l’étape finale du projet. Il entre ainsi en phase de « concrétisation » proprement dite. Les ressources financières et techniques sont mobilisées pour construire les édifices dédiés à la production de l’énergie citoyenne. Le groupe moteur peut compter sur l’aide de l’État à travers l’ADEME. L’agence souligne sur cet article qu’elle dispose d’un dispositif d’aides, dont celles à la réalisation et celles à la connaissance.
Une fois que cette phase est terminée, le volet citoyen et le volet financier soutiendront l’exploitation de la société de production. Quant au volet technique, il portera sur les matériels fonctionnels garantissant la continuité de la production.

Exemples de projets citoyens

La carte contributive des projets en énergies renouvelables en France recense actuellement 315 exemples de projets mis à jour régulièrement par les porteurs dont :
* 168 liés à des toitures photovoltaïques ;
* 57 projets multi-filières ;
* 51 liés aux éoliennes ;
* 15 liés à des panneaux photovoltaïques au sol ;
* 12 liés à l’hydroélectricité ;
* 5 liés à la méthanisation ;
* 5 liés à l’énergie issue du bois
* 2 liés à la géothermie

Financés entre autres par l’association « Énergie Partagée » et l’ADEME, 95 projets sont en cours d’exploitation contre 6 autres en plein chantier.

Projet en phase d’exploitation

La Société Semer des Tilleuls SEM exploite l’énergie éolienne. La force du vent apporte une puissance de 23 600 MWh par an générée par 5 éoliennes. L’énergie produite permet d’alimenter près de 7 300 foyers.
La Société Methalayou SAS a choisi quant à elle la méthanisation. Avec un budget de 6 250 000 euros, ce projet exemplaire est capable de fournir 7 000 MWh par an d’énergie thermique. Il assure la consommation en chauffage et en eau chaude sanitaire de 800 foyers.

Projet en phase de construction

La Société Centrales villageoises du Pays de Saverne SAS est un exemple de projet citoyen en phase de construction qui a opté pour les toitures photovoltaïques.
Par ailleurs, le Ministère de la Transition écologique et solidaire montre à travers ce site d’autres projets nés d’un financement participatif. Les pales d’éoliennes citoyennes dans le Tarn sont particulièrement étonnantes. Ce projet a réussi à collecter 250 000 euros auprès de 250 prêteurs en seulement 3 semaines de lancement.
« Énergie Partagée » reste en perpétuel recrutement de nouveaux projets. D’ailleurs, à partir d’une une simple souscription, n’importe quel citoyen peut devenir actionnaire grâce à cette association. Cette vidéo montre une énergie renouvelable par et pour les citoyens :

Laisser un commentaire