Comprendre la rénovation énergétique

Corriger la consommation des habitations énergivores est un véritable enjeu actuellement. Le principal défi du secteur de l’habitat est ainsi de réaliser des constructions et des rénovations performantes dans le parc des logements existants. Focus sur les points à connaître sur la rénovation énergétique.

La rénovation énergétique d’un logement

L’objectif des Pouvoirs publics d’ici 2020 est de faire diminuer de 38 % l’énergie consommée par les constructions existantes. L’amélioration de la performance énergétique d’une maison est une opération gagnante pour un particulier, car elle augmente la valeur du bien. En outre, l’occupant des lieux bénéficie d’un meilleur confort et réduit sa consommation énergétique. La rénovation énergétique d’un logement dans le but d’atteindre un niveau de « basse consommation d’énergie » permet de diviser les besoins énergétiques en chauffage par 4 à 6.

Comment préparer une rénovation énergétique ?

Pour une rénovation énergétique réussie, il convient de réaliser une expertise des points forts et des points faibles du logement concerné. En effet, chaque chantier est unique et les interventions dépendent du type de bâtiment, de sa configuration, de sa structure ou de la zone climatique dans laquelle il se trouve. Bien que le diagnostic de performance énergétique (DPE) fournisse des informations utiles, elles sont insuffisantes pour entreprendre une rénovation énergétique poussée.
Pour mener à bien ce projet, il est nécessaire de :
* connaitre le niveau de performance de l’habitat.
* réduire les besoins en énergie sans investissement (installation de robinets thermostatiques ou d’une régulation par thermostat d’ambiance).
* prévoir des travaux de rénovation ciblés et rentables.
* chiffrer le projet par un professionnel RGE.

Quid de l’achat et de la vente d’une maison rénovée ?

La rénovation énergétique comprend l’intégralité des travaux qui concourent à améliorer les performances énergétiques d’une construction. La vente d’une maison rénovée pour permettre des économies d’énergie est indéniablement plus rentable. Une maison économe en énergie procure des avantages sur les plans environnementaux et personnels. En effet, les différents travaux permettent de diminuer considérablement la consommation énergétique de l’habitation. En outre, une maison énergétiquement rénovée améliore le confort de vie de ses habitants, permet un renouveau d’esthétique et ajoute une plus-value en cas de revente.
Pour un acquéreur, l’achat d’une maison nécessitant des travaux de rénovation et d’économie d’énergie serait trop onéreuse. Les travaux qui entrent dans le cadre de la rénovation énergétique sont nombreux et peuvent être coûteux. Parmi eux se trouvent le changement de la chaudière, l’isolation intérieure et extérieure ainsi que l’installation de systèmes de ventilation et de régulation. Heureusement, un acheteur qui souhaite acquérir un bien pour en faire sa résidence principale et mener d’importants travaux de rénovation peut bénéficier d’aides financières.
Les financements proposés dans ce cadre sont :
* le Prêt à taux zéro peut financer jusqu’à 40 % le coût de l’opération (achat et travaux) sous certaines conditions. Il est remboursable sur 25 ans maximum. Pour y prétendre, l’acquéreur doit rentrer dans les critères de ressources qui encadrent le logement. Il ne doit pas, en outre, avoir été propriétaire de sa résidence principale durant les deux années précédentes. L’obtention de cette aide est également liée à la localisation de l’habitation et à la mise en œuvre de travaux conséquents.
* le crédit d’impôt permet de financer une partie des travaux d’amélioration de la performance énergétique d’un logement.

Dans le cadre d’une location, la contribution du locataire aux travaux d’économies d’énergie est due en contrepartie d’un gain qu’il réalise sur sa facture énergétique. Les logements bâtis à compter du 1er janvier 1990 sont exclus de ce dispositif et cette contribution ne doit pas durer plus de 15 ans.

Les aides financières pour la rénovation énergétique

Grâce au plan de rénovation énergétique de l’habitat, les ménages qui projettent de réaliser des travaux de rénovation énergétique bénéficient d’un accompagnement efficace. Dans ce cadre, des aides financières sont mises en place.

Les aides proposées aux particuliers

En 2019, les ménages peuvent prétendre à plusieurs aides pour la rénovation énergétique, dont :
* le CITE (Crédit d’impôt transition énergétique) ;
* l’éco-PTZ (éco prêt à taux zéro) ;
* la prime énergie ;
* le coup de pouce chauffage ;
* le coup de pouce isolation ;
* les aides de l’Anah qui incluent un audit énergétique gratuit pour les foyers en situation de précarité énergétique ;
* l’exonération temporaire de taxe foncière ;
* le chèque énergie ;
* la TVA à taux réduit.

Les aides prévues pour les entreprises

L’ADEME propose des aides financières pour accompagner les entreprises dans leurs travaux de rénovation énergétique. Ces contributions se présentent sous forme d’audits, de diagnostics, d’études de faisabilité ou d’investissements pour les projets de performance énergétique. Elles visent, entre autres, à améliorer la performance environnementale des produits et services des entreprises.
Dans le secteur agricole, la consommation d’énergie d’une exploitation agricole est conséquente. À titre d’exemple, la consommation d’énergie indirecte représente jusqu’à 60 % de la consommation d’énergie totale. Réduire la dépendance énergétique est nécessaire pour améliorer la performance énergétique de l’activité agricole. Par ailleurs, cette dernière est fortement émettrice de gaz à effet de serre. L’ADEME propose l’outil ClimAgri® pour accompagner le secteur de l’agriculture dans la réduction des GES et de ses consommations énergétiques.

Rénovations énergétique explications

Le point sur les projets citoyens et le PPE

Les projets citoyens d’énergie visent à se réapproprier les ressources naturelles locales. Ils tentent de répondre aux enjeux énergétiques de demain en engageant dès aujourd’hui une vraie transition. Dans ce cadre, les habitants, les consommateurs ainsi que les élus doivent fortement s’impliquer pour le développement des énergies renouvelables, l’optimisation des réseaux de chaleur et la maîtrise de la consommation. Ces projets sensibilisent à une consommation plus responsable via des incitations à des changements individuels et collectifs.

La programmation pluriannuelle de l’énergie 2019

La programmation pluriannuelle de l’énergie ambitionne de mener la France vers un système d’énergie plus résilient (efficace, sobre et diversifié). Elle fixe les objectifs à atteindre d’ici 2023 et 2028. Elle contribue à élaborer une vision complète et cohérente de la place des énergies ainsi que leur évolution souhaitable dans la société. En outre, elle fixe la priorité d’action des Pouvoirs publics dans le secteur énergétique.
La PPE prévoit d’optimiser les performances des réseaux de chaleur. D’ici 2028, la quantité de chaleur, mais aussi de froid de récupération et renouvelable fournie par les réseaux doit atteindre 31 à 36 TWh. Ces prévisions représentent une multiplication par 2,4 à 2,8 par rapport à l’année 2016.

Investir dans le solaire photovoltaïque

De plus en plus de ménages entreprennent des travaux de rénovation énergétique. Investir dans les énergies renouvelables à l’instar du solaire photovoltaïque est une alternative intéressante pour auto-consommer. Par ailleurs, cette initiative entre dans le cadre des opérations pour la transition énergétique lancées par le gouvernement français.
Notez que la suppression du tarif règlementé du gaz a été réalisée pour les gros consommateurs (hôpitaux, entreprises, etc.) afin de se mettre en conformité avec la législation européenne. Le tarif règlementé de l’électricité (tarif Bleu d’EDF) a cependant été maintenu. Selon le Conseil d’État, à la différence du gaz, l’électricité est un bien de première nécessité qui ne peut être remplacé. Outre un changement de fournisseur pour économiser sur la facture, les foyers peuvent se lancer dans l’auto-consommation.
La rénovation énergétique est-elle un moteur pour relancer le BTP ? Découvrez la réponse . »

Laisser un commentaire